COSY - Conseil des Séniors, Yverdon-les-Bains

COSY
Conseil des Séniors Yverdon-les-Bains
Accès à la page Facebook du COSY
Aller au contenu
Le mot du président
Par Jean-Pierre Dévaud

.Le monde d'après !.

Le monde d’après. L'expression est sur toutes les lèvres. La pandémie, et bien sûr le confinement, nous ont contraints à la méditation à la fois existentielle et sociétale face à un avenir de plus en plus marqué par l'incertitude.
Aux quatre coins de la planète, les intellectuels tentent de dessiner les contours de ce fameux "monde d’après". Bref tour d’horizon.
Michel Houellebecq, écrivain français : "Nous ne nous réveillerons pas, après le confinement, dans un nouveau monde; ce sera le même, en un peu pire."
Cynthia Fleury, philosophe française : "Nous sommes à un moment philosophique charnière pour l'avenir du monde tel qu’on le connaît. Il s’agit véritablement de redéfinir le sens que l’on veut donner à notre manière de vivre ensemble sur cette terre. Il va falloir faire monter au pouvoir une force d'action citoyenne et durable. Mais nos dirigeants ont une matrice intellectuelle qui n’est pas celle-ci. Et on va aussi devoir combattre ceux qui vont nous raconter demain qu’il va falloir continuer à faire comme avant."
Edgar Morin, philosophe français, qui vient de fêter ses 99 ans, propose une restructuration complète de nos systèmes politiques, économiques et sociaux. Il plaide ainsi pour une démocratie beaucoup plus participative et la mise en place "d’une politique qui conjugue mondialisation et démondialisation, croissance et décroissance, développement et enveloppement."
Bernard-Henri Lévy, philosophe/écrivain français : "Les virus sont bêtes; les virus sont aveugles; les virus ne sont pas là pour raconter des histoires aux humains ou relayer celles de leurs mauvais bergers et il n’y a, en conséquence, aucun bon usage, aucune leçon sociétale, aucun jugement dernier, à attendre d’une pandémie."
Bruno Latour, sociologue français : "Il s’agit de faire de la politique comme d’habitude, mais sur de nouveaux objets : la protection des sols, des insectes, la mobilité durable n’étaient pas considérés comme importants, comme valant la peine d’être défendus, eh bien maintenant si ! Cette crise du Covid-19, en nous faisant prendre conscience de notre dépendance à ces éléments, pourrait peut-être nous amener à vivre une nouvelle Renaissance."
Laurent de Sutter, philosophe/écrivain belge : "Le changement du monde ne se réalisera pas au niveau d’une prise de décision politique – au niveau des lois, des jugements, des institutions qui forment, comme l’avait souligné Karl Marx, la superstructure du monde. Il se réalisera au niveau de l’infrastructure. Cela signifie qu’il faut construire une industrie nouvelle, une industrie qui ne se contente pas d’exploiter le monde, mais le pense".
Dominique Bourg, philosophe franco-suisse:  "Ce que nous montre le Covid-19, c’est ce que nous devrions faire pour le climat. Quand on a affaire à un phénomène qui change d’échelle, des dommages qui changent d’échelle, toutes nos gestions par les techniques s’effondrent. On ne fait que partiellement face. Et la seule façon de faire face, c’est de revenir aux fondamentaux, et aux comportements. Réduire nos émissions à l’échelle mondiale, vous ne le faites pas avec des techniques, vous le faites avec des comportements."
Felwine Sarr, économiste/philosophe sénégalais : "Une économie du vivant serait fondée sur une réévaluation de l’utilité de tous les secteurs de la vie économique au regard de leur contribution à la santé, au soin, au bien-être, à la préservation du vivant et à la pérennisation de la vie, à la cohésion sociale. On ne pourra plus se payer le luxe de ne pas interroger la finalité de la vie économique ainsi que ses modes de production; ni de l’inscrire dans une cosmopolitique du vivant."
Qu’on y croie ou qu’on n’y croie pas, le monde d’après symbolise avant tout notre capacité à appréhender une crise tout à fait inédite, et à la surmonter. Or, précisément, le mot "crise" renvoie à un double sens car il désigne à la fois le surgissement violent d’une douleur ou d’une maladie et le moment périlleux de la décision et du jugement. Toute crise incarne donc une opportunité de changement qu’il s’agit de saisir.
Et sur ce point au moins, il semble bien que nous soyons tous d’accord : c'est le moment ou jamais !
(Citations tirées d’articles sur internet)

Yverdon-les-Bains, août 2020

Si vous voulez vous inscrire aux ACTIVITÉS, lisez attentivement le MODE D'EMPLOI, surtout si c'est votre première inscription, afin d'éviter de vous retrouver sur la page adhésion au lieu de la page INSCRIPTION !
Billet d'Humeur ...
Éducation vs  Contestation

Vous avez remarqué ? Dès que notre société se trouve confrontée à une crise (cf ci-contre), on observe qu'une frange de la population refuse d'admettre l'évidence et conteste systématiquement les décisions et autres recommandations émises par nos édiles ...!
À croire ces contestataires, celles et ceux que nous avons démocratiquement élus sont des imbéciles qui ne savent rien et qui veulent imposer leur ignorance au peuple (qui à l'évidence sait tout, lui !!!).
Alors on se rassemble en masse "parce que c'est interdit", on refuse de porter le masque là où il est déclaré obligatoire, et si ça ne suffit pas, on tabasse ceux qui s'obstinent à faire respecter les consignes officielles !
Et bien entendu, à la fin, lorsque la courbe de contami-nation augmente à nouveau de manière inquiétante, soit on nie ("l'épidémie n'existe pas"), soit on déclare tout de go que "c'est la faute aux autorités" !!!
C'est là que les séniors que nous sommes peuvent apporter un éclairage réaliste et basé sur l'expérience : après tout, nous avons quelques années de plus que beaucoup de ces contestataires ... et surtout, nous avons reçu une éducation qui nous fait voir les choses plus largement, plus globalement qu'à travers un regard étroit, ignorant et purement égoïste ...
A nous donc de montrer l'exemple, et de tenter de convaincre les plus jeunes (c'est parmi eux qu'on voit le plus de réfractaires ...) que ceux qui nous gouvernent ne sont pas des idiots ! Bien sûr, ce sont des êtres humains, et par là-même faillibles, mais ils agissent en pensant au bien collectif, eux !
Certes, les contestataires ne sont, de loin, pas une majorité ... En revanche, ils sont "bruyants", de par leur omniprésence sur les réseaux sociaux et par la pub que leur font les médias, friands de sensationnel ...
Pensons-y, et mobilisons-nous, pour le bien de tous !
J-M. Poulin / 17 août 2020   
Impressum
Concept, réalisation, assistance technique : Jean-Daniel Domenjoz
Rédacteur responsable, réalisation : Jean-Marc Poulin
Supervision : Jean-Pierre Dévaud

Nombre de visites jusqu'ici:
Dernière mise à jour de la page : mercredi 23 septembre 2020 - 12h00 - jmp

cosyverdon.ch
Les séniors du COSY ? Des jeunes depuis un peu plus longtemps que les autres.
Retourner au contenu